By continuing your visit to this site, you accept the use of cookies. They ensure the proper functioning of our services, analytics tools and display of relevant ads. Learn more about cookies and control them

Not yet registered? Create a OverBlog!

Create my blog

YVAN BALCHOY

YVAN BALCHOY

Ce blog se veut consacré à la POESIE qui n'est pas seulement versification structurée ou libre de nos sensations ou états d'esprit mais qui est aussi comme Van Gogh l'a écrit l'homme ajouté à la nature. Ceux qui luttent pour améliorer la monde qui nous abrite et la société des hommes

Blogs

actionpoetique.over-blog.com

actionpoetique.over-blog.com

MES POEMES AU JOUR LE JOUR (YVAN BALCHOY) DECOUVREZ AUSSI MON AUTRE BLOG PLUS GENERAL : POESIE-ACTION
YVAN BALCHOY YVAN BALCHOY
Articles : 710
Since : 29/06/2013

Articles to discover

EXKI

EXKI

Exki de la gare centrale, Mon regard s’attarde sur la terrasse remplie à ras-le-bol, ce matin ensoleillé. Là-bas une silhouette élancée Me fait frissonner d’impatience, Mais non, ce n’est pas toi Certes l’élégance de l’inconnue Te conviendrait bien Mais la couleur de sa chevelure Blonde comme un beau champ de blé me paraît ce mat

MON NOUVEAU POEME

Ce matin mes yeux s'entrouvrent à peine, la chaleur des draps ennivre encore ma chair et pourtant ... Plus subtil que la lumière, Vrai casse-pieds d'abord, Il éveille ma conscience encore intermittante Il me secoue avec vigueur Ne laisse aucune chance À dame grasse matinée Oui, le voilà qui m'invite Au saut du lit À lui obéir sans réserve;
YANKEE

YANKEE

Monsieur le Yankee, Te souviens-tu de Nagasaki Toi qui trouves ton exquis A profiter du mal acquis A l'image de tes gratte-ciel Et de ton pouvoir présidentiel Ta force militaire Se moque des frontières Et par delà les mers Impose sa loi à l'ensemble de la terre Tu ne " respectes " les indépendances Que si elle te laissent faire Ce que bon te s

AMOUREUX DE L'AMOUR Je suis amoureux de l'amour Ainsi m'avez vous décrit avec humour. Amoureux de l'amour, je serais donc en quête d'un éternel toujours. Si beaux qu'ont été mes amours d'hier qui, un jour, m'ont dit Adieu les unes brutalement les autres imperceptiblement je les ai déposées au vestiaire comme un passé précieux, mais l'impor

ADIEU

J’aime ton con si abscons et profond ses odeurs maritimes sa fraîcheur d’églantine qui me mettent de bonne humeur. J’aime les pointes de tes seins quand elles se dressent sous les caresses de mes mains en fièvre. J'aime tes salives même quand elles font leurs valises, j’aime épancher mes humeurs dans ton moelleux tapis de fleurs Je t

LA "BONNE" EDUCATION

Tais-toi, laisse parler les grandes personnes, Mange ta soupe, N'oublie pas de te laver les mains avant de passer à table Qu'est ce que j'ai fait au Bon-Dieu pour avoir des enfants comme ça ! De mon temps les enfants respectaient leurs parents, Je n'ai pas à justifier mes ordres, c'est comme ça parce que telle est ma volonté et que je suis ton

QUATRE SAISONS

Tu es mon printemps quand tu me chuchotes : "Je t'attends". Tu es mon été quand, tout contre moi, tu te fais volupté. Tu es mon automne Quand, grâce à toi, tous mes soucis si joliment s'envolent. Tu es mon hiver Quand tes mots se font quelque peu amers. Tu es ma fleur de tous les temps Car, à chaque instant, Tu es mon meilleur présent.
TON BOUQUET

TON BOUQUET

Autrefois tu m'as offert un bouquet de fleurs en guise de primeur, tandis qu'en te présentant mon ordinateur je croyais te faire une faveur Le temps a passé, l'ordinateur s'est desséché‚ en triste calculateur, tandis que tes fleurs ont redonné‚ à ma vie toute sa verdeur J'ai compris enfin, mon coeur, que ta part ‚était de loin la meill
MER DU NORD

MER DU NORD

Si verte, si blanche dans ses franges la mer doucement chante et danse. * Le soleil étonnemment bas ruisselle sur l'autoroute de sable constellée de millions de bijoux coquillages qui me font presqu'oublier mon âge. * En colonies Les mouettes gris argentées qui dessinent de joyeuses pirouettes dans les airs semblent apprécier ce fac-similé de
CREDO

CREDO

Même si ton corps est trésor, Il n'est pas en or je ne l'adore ni ne l'implore. Je te préfère comme moi de chair ma toute chère. Même si ta finesse me poursuit sans cesse, tu n'es pas ma déesse, encore moins mon idole tout en pactole. Bien mieux, tu es femme avec tant de charme, amie de si riche compagnie, ma mie si jolie. Je crois au demain